archive

Archives Mensuelles: juin 2012

Les parisiens de Paradis ont réalisé pour la face B de leur deuxieme EP un super clip composé de scènes tirées des films « Je t’aime Je t’aime » d’Alain Resnais et « l’Eden d’après » de Alain Robbe-Grillet.Le clip est signé par les artistes Arthur Naulot et Aurel Rotival

En prime, le clip du morceau Hemisphere qui nous fait voyager à Pigalle réalisé par Sacha Barbin.

(via Vocododo)

La philosophie peut parfois sembler être un domaine rébarbatif voire répulsif, qui foisonne de concepts aussi flous que complexes. C’est pourquoi Gennis Carreras, graphiste Londonien, a tenté d’illustrer ces concepts. A travers des formes hyper simples et une palette de couleur limitée, il illustre des termes de la philosophie. De l’idéalisme qui mêle cercle et carré dans un souci d’équilibre à l’absolutisme qui impose sa définition par un lourd cercle noir au milieu d’une page blanche en passant par l’athéisme et sa croix renversée (j’ai un petit doute sur la pertinence du visuel pour le coup là…).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bref, le petit dictionnaire de la philosophie illustrée par les philographics de Gennis Carreras devrait tout simplement être distribuée à la rentrée des classes dans les écoles. Je crois que Carreras a réussi le pari de rendre plus attractif et attrayant la philo. En outre la simplicité de la lecture des visuels, Carreras propose une imagerie suffisamment évasive pour  que chacun puisse s’en faire sa propre interprétation et ainsi s’approprier les concepts représentés.

www.genniscarreras.com

Donald Weber est un photographe talentueux, son travail a reçu toutes sortes de récompenses et c’est bien mérité. Ses photos sont apparues dans The Guardian, Newsweek, le New York Times, le New York Times Magazine, Rolling Stone, Stern, Time et The Walrus. Il a travaillé avec Médecins sans Frontières, le United States Holocaust Memorial Museum et War Child.

C’est durant la révolution Orange de 2004 que Donald Weber a rencontré un homme qui l’a guidé « culturellement » à travers le pays et ses coutumes et qui lui a notamment permis d’assister au processus d’interrogatoire de la police Ukrainienne. Mais l’enjeu ne s’arrêtait pas là, après avoir obtenu son accréditation dans ce commissariat, il fallait au photographe l’autorisation des personnes interrogées pour les prendre en photo, et naturellement, très peu acceptaient. Il faut dire que l’épisode qu’ils s’apprêtaient à vivre allait être marquant.

third_toe_donald_weber_interrogation

Donald Weber : Interrogations

third_toe_donald_weber_interrogatoire_3

Donald Weber : Interrogations

third_toe_donald_weber_interrogatoire_vol_a_letalage

Donald Weber : Interrogations

third_toe_donald_weber_interrogatoire_larcin

Donald Weber : Interrogations

On pourrait croire à des situations mises en scène, du spectacle pour rendre la photo percutante. Pourtant ce sont bien des situations réelles. En Ukraine on arrache les aveux de la petite délinquence sous la menace d’une arme sur la tempe.
Les méthodes d’interogatoire sont musclées, mais il faut bien comprendre que ce sont les méthodes enseignées à la police pour maintenir l’ordre, des méthodes saluées par une hiérarchie capricieuse et sans limite. La photographie ne se résume donc pas seulement à la représentation d’une scène violente, elle est le reflet du fonctionnement d’une société vue de l’intérieur.

third_toe_donald_weber_interrogatoire_tentative_de_viol

Donald Weber : Interrogations

third_toe_donald_weber_interrogatoire_4

Donald Weber : Interrogations

third_toe_donald_weber_interrogatoire_vol_de_voiture

Donald Weber : Interrogations

third_toe_donald_weber_interrogatoire_5

Donald Weber : Interrogations

Ces photos sont tirées du livre « Interrogations » qui sortira chez Schilt Publishing cet automne : interrogationbook.com

Pour découvrir les autres travaux de Donald Weber : donaldweber.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Originaire de Pennsylvanie, Rebecca Morgan a grandi à Clearfield, petite ville de 6 000 habitants. Dans une ambiance rustre et consanguine, ses peintures et autres illustrations reflètent l’univers glauque et déviant d’une Amérique profondément ancrée dans la ruralité.

Sa série « Where I have lived and What I live for » dépeint la forêt des Appalaches comme un lieu de refuge et de dissidence contre le privilège sociale et la haute société, loin de l’image grossièrement hédoniste que peuvent s’en faire les gens « civilisés ».

Ses caricatures de fermières grotesques prennent vie dans ces décors restés affranchis du monde moderne, où la déviance sexuelle et le désir urbain se confrontent dans des scènes provocantes et troublantes.

www.rebeccamorganart.com